Petits lapins pour petit Faustin

Cette fin d’été a été marqué dans mon entourage par une éclosion de bébés !

Du coup je me régale à préparer des petits trousseaux à offrir, et c’est toujours un grand plaisir pour moi de créer l’univers qui va avec. En général, j’aime bien attendre le faire part pour m’inspirer des gouts des parents. Couleur, texte, photographie, prénom, images … tout est source d’inspiration !

Cette fois, pour la venue de ce nouveau bébé, les critères étaient: moderne, sobre, masculin avec juste cette petite touche de douceur …

Pour mon plus grand bonheur, cet automne on a à notre disposition une quantité de jolis tissus molleton avec des imprimés pour les enfants. dans ma quête de la matière « parfaite » je me suis dirigée vers les tissus Stenzo. Les tissus Stenzo proviennent des Pays-Bas. Fabriqués principalement en Europe, les tissus Stenzo ont de superbes imprimés originaux et modernes pour les enfants.

Tissu molletonné idéal pour la confection de vêtements sweats, jogging, vêtements d’enfants avec un envers très doux et son côté coton gratté.
Tissu trouvé à l’Atelier de la Création

Composition : 60% coton 40 % polyester
Tissu certifié Oeko-texUn tissu gris clair avec un imprimé lapin. Un look moderne avec la petite touche de turquoise qui donne le ton !

J’ai confectionné un petit ensemble veste / pantalon.

Elégant et totalement dans l’air du temps, cet ensemble est un indispensable au vestiraire de bébé.

Il est composé d’une petite veste entièrement doublée en tissu coton MIX & MATCH de chez Frou Frou, vert turquoise à étoiles blanches.

Cette petite veste est ouverte sur le devant pour plus de confort et de facilité pour l’habillement.

Pour un look bien moderne et pour la facilité et le confort j’ai opté pour des pressions noires

Et d’un petit pantalon, un peu boule élastiqué

Je me suis bien amusée à placer les lapins de façon symétrique !

Pour accompagner la tenue , il fallait bien évidement une petite paire de chaussons …

… petit modèle style « Converse  » au crochet

(Modèle ici)

J’ai oublié de vous dire, ce petit Prince s’appelle Faustin

Je lui souhaite tout le bonheur du monde …

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Publicités

Sur le chemin de l’école en Lliria Dress de Pauline Alice Patterns

Je vous ai déjà parlé de mon engouement pour les robes cache coeur, les robes portefeuille ou « wrap dress » dans un article précédent avec ma robe Aime comme Mots Doux.

En fait ce que je ne vous avais pas dévoilé à l’époque (il faut bien garder un peu de mystère !), c’est que j’avais investi dans plusieurs patrons de ce type de robe. Ben oui! que voulez vous mon signe astral est Gemeaux, j’ai toujours beaucoup de mal à choisir …

On était fin Aout, j’ai vite cousu celle qui me paraissait la plus estivale (et aussi la plus facile!), et j’ai gardé sous le coude une seconde, bien plus travaillée, pour la suite.

C’est un patron de la marque paulinealice. Un patron sorti cet été dans leur collection: la robe Lliria

Lliria est une robe cache-cœur qui met en valeur la silhouette. Elle a des fronces qui soulignent le buste et la jupe, une ceinture en forme et se ferme par une rangée de boutons. C’est un modèle élégant et confortable.

Elle existe en deux versions:

Version A: robe courte au-dessus du genou avec manches 3/4.
Version B: robe longueur midi avec manches courtes.

L’été touchant à sa fin, j’ai décidé d’opter pour la première version, celle avec des manches 3/4. Je l’imagine tres bien avec un trench ou un perfecto pour un look plus rock !

Ce qui m’a séduit dans ce patron, c’est l’ensemble des petits détails qui font toutes ces finitions: les jeux de fronces au niveau du corsage et de la taille. La taille qui est bien marquée par une ceinture arrondie. les fronces au niveau du dos qui donnent juste l’aisance voulue et les panneaux plats sur le devant au niveau du ventre qui dessinent une jolie silhouette (pas la peine de souligner le bidon !).

Les manches sont terminées par des bracelets en forme qui finissent avec élégance la robe et qui permettent de porter un gilet ou une petite laine sans que la manche remonte en tortillon ! (j’ai horreur de ça !!!)

Le boutonnage tout du long lui donne un petit air faussement rétro de petite fille sage ou d’écolière … mais surtout permet de ne pas être « déshabillée » au moindre geste ou mouvement ! Pas de soucis, vous le verrez j’ai testé pour vous !

L’inspiration de la robe Lliria est ancrée dans le passé, dans les années d’après-guerre pour être plus précise, mais elle n’en reste pas moins actuelle.

J’ai tout d’abord été tres impressionnée par tous ces détails et je craignais que la réalisation soit difficile et laborieuse. c’est pour cela que j’ai un peu trainé pour la réaliser … En fait, il n’en est rien ! Tout est tres bien indiqué et la marche à suivre est tres aisée. il suffit d’être bien précise , et de bien noter sur le patrons tous les crans indiqués. Ensuite, on se laisse guider, car, en plus, bonus total, il existe une vidéo du pas à pas ! (ici)

Cette vidéo donne plein de petits conseils techniques pour encore plus de propreté et m’a permis d’apprendre de nouveaux « petits trucs ». Il ne faut pas s’en priver !

En ce qui concerne la coupe , je n’ai apporté aucune modification, même pas sur la longueur de la jupe !!!

J’ai zappé (trop pressée!) l’étape de l’entoilage de la ceinture, ce que je regrette un peu au final … elle aurait un peu plus de tenue.

Pour une prochaine fois, je pense que je mettrai peut être aussi des poches … A voir !

Pour la réaliser j’ai choisi une viscose de coton des Coupons Saint Pierre noire à petits motifs. Un tissu souple, pas transparent, pas glissant (un plaisir à coudre!) qui tombe parfaitement bien. La couleur et les motifs m’ont tout de suite rappelé l’époque vintage des « blouses d’écolière » bien en rapport avec la coupe de la robe !

Si je dois finasser, je dirais juste que la couleur sombre et les motifs ne rendent pas autant hommage à tous les détails de fronces de la robe: la prochaine sera réalisée dans un tissu uni et plus clair !

Parce que oui! il y en aura d’autres à venir …

Je ne vous fait pas plus attendre pour rendre ma copie, et je vous emmène pour le shooting, au Havre

tout d’abord au restaurant Les Enfants Sages

Les propriétaires ont investit et redonné vie à une ancienne école. Aux beaux jours les tables sont dressées dans la cour, et quand les températures fraichissent c’est dans les salles de classes que l’on vient s’abriter.

Mais ce sont les maitres des lieux qui le racontent le mieux :

Notre projet était d’ouvrir un restaurant au Havre dans une maison en centre ville… il a donc fallu commencer à arpenter les quartiers du Havre avec minutie à la recherche de la perle rare !
Et nous l’avons trouvée : une grande maison ancienne avec beaucoup de cachet mais totalement « barricadée » et dans un piètre état.

Nous avons découvert que la maison était en fait celle du directeur de l’école Jean Macé située de l’autre côté de la cour de récré et fermée depuis quelques années. Construite en 1905 selon les plans de l’architecte renommé Edouard Choupay, nous n’aurions pu imaginer trouver mieux !

Douze mois de travaux ont été nécessaires afin de rénover entièrement les deux étages et transformer le bitume de la cour de récréation en jardin paysagé. Tous les corps de métier présents .

L’intérieur de la maison devait être le plus proche de sa conception d’origine pour garder l’âme du lieu et proposer des salons aux dimensions et décorations différentes.
La maison comporte 25 très grandes fenêtres… que nous avons toutes conservées après deux mois complets de décapage, vernissage du bois et les carreaux cassés remplacés.

Notre « pépite » est désormais entourée d’un grand jardin de 1000 m2, trois petits potagers, un grand terrain de pétanque, une aubépine centenaire, des maisons d’oiseaux… et bien sûr les meubles de jardin pour recevoir aux beaux jours.

C’est bien plus qu’un restaurant mais tout un concept qui se cache derrière les murs de l’établissement. Nous avions découvert le lieu après avoir lu l’article sur le blog Les Escapades ici au cours de l’été, et nous avons eu un tel coup de coeur que nous souhaitions y retourner !

A l’époque on avait mangé dans le jardin clic-clic pour cette fois c’est à l’intérieur que nous avons dégusté pour notre plus grand plaisir leur cuisine fraiche et innovante au parfum de produits du marché.

Mais cela ne nous a pas empêché d’aller « jouer » dans la cour et de profiter du mobilier d’époque …

avant de prendre une dernière pose devant les portes de l’établissement avec sa façade en briques et son grand portail

« Les enfants sages
Vont en voyage
Le mercredi dans les livres d’images
Ils s’aventurent
Dans les gravures
Autant que dans les pots de confitures « 

il n’était pas possible de rester en classe par ce si beau week end de septembre, plutôt une envie d’école buissonnière …

C’est au coeur de la ville du Havre, sur les rives du Bassin du Commerce que nos pas nous ont amenés.

Tout d’abord, pour prendre possession de tout le paysage, on prend de la hauteur sur la Passerelle piétonne qui enjambe le bassin.

Et pour l’occasion, afin de ne pas craindre les courants d’air, j’ai enfilé mon cache épaule

 

La pente variable de la rampe est assez forte, avec une moyenne de 16 %, afin d’assurer un tirant d’air de six mètres au-dessus des plus hautes eaux, au centre du tablier, pour permettre la navigation des petits voiliers. Elle a un revêtement antidérapant et un système de chauffage électrique de la dalle du tablier aide à lutter contre le verglas.

Les garde-corps permettent une visibilité totale et donnent une impression de légèreté. La passerelle est peinte en blanc.

Point d’arrêt sur les focus de la robe!

le dos avec sa taille soulignée par la ceinture et ses fronces sous l’empiècement

Les manches: froncées sur la tête de l’épaule et se terminant par un bracelet de poignet juste au dessous du coude

la jupe qui ne s’ouvre pas même en cas de rafale coquine de vent!

Le devant entièrement boutonné.

J’ai choisi des petits boutons de nacre écru comme les motifs de mon tissu; pour ne pas alourdir la silhouette, et marquer la ligne de coupure de la ceinture,  au niveau de la taille j’ai volontairement choisi des boutons différents, noirs avec juste un petit éclat brillant au centre.

Juste histoire de s’amuser … et vous donner une idée de la hauteur …

                              

Par sa légèreté et sa hauteur, la passerelle du Havre s’harmonise avec l’espace urbain et les bâtiments qui l’environnent. Ses lignes s’accordent parfaitement avec la Maison de la Culture d’Oscar Niemeyer. Sa blancheur, son dynamisme asymétrique et ses courbes répondent aux caractéristiques du « Volcan » de l’architecte brésilien. Elle scande la vaste perspective du Bassin du Commerce

Il était impossible de terminer cette journée sans faire un tour sur la plage

Et profiter des derniers rayons du soleil couchant

C’était ma Lliria Dress pour ce week-end Impression(s), soleil

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Check point de rentrée

On ne va pas se le cacher, ce mois de septembre est tout pourri ! Pluie, fraicheur, grisaille, temps maussade … l’été, les vacances semblent bien loin!

Un vrai temps de rentrée !

Comme le cours du sablier imperturbable, les saisons s’écoulent les unes après les autres et s’enchainent comme les perles d’un collier.

De même les années et les rentrées se sont succédées les unes à la suite des autres avec chacune leurs propres aventures et faits marquants. Les premières rentrées scolaires de mes loulous, les premiers changements d’établissements, les premiers ramassages scolaires, les premières inscriptions, les premiers concours, les premiers déménagements, les premières installations étudiantes … et puis voilà! un jour, c’est la dernière !

La dernière rentrée scolaire de mon dernier oisillon! Apres c’est le monde du travail qui l’attend…

Après une année de césure, ma fille a repris le cycle « scolaire » pour ces derniers mois d’école avant son stage de fin d’étude. Et pour ces derniers mois, c’est encore à l’étranger, pour une 1/2 année Erasmus au Danemark à Copenhague qu’elle va achever son cycle étudiant. Vous pouvez suivre son aventure ici.

Mais cette fois, pas de voiture chargée à bloc, pas de longs trajets; cette fois mon oisillon a pris son envol en avion avec une valise qui nous a paru bien petite pour ce nouveau pays, bien petite pour cette grande aventure !

Alors pour partager encore plus ces mois de séparation, je me suis plongée dans l’art de vivre à la Danoise : Le Hygge 

L’automne et l’hiver c’est tout à fait la saison du Hygge. C’est bien plus, qu’une mode ou une tendance, c’est vraiment une culture: la culture du Bonheur!

Le Hygge, c’est synonyme de longues soirées au chaud, de lumières allumées plutôt, de petites douceurs, de boissons chaudes et de projets laineux à tricoter !

Une parenthèse de lenteur dans la vie quotidienne. Un point de suspension dans les phrases de la vie. Une éloge d’un temps passé à vivre au présent.

Une façon de conjuguer le verbe ETRE.

Une façon de voir la vie avec un regard différent, une « Positive Attitude« 

Alors face à la grisaille ambiante, j’ouvre mon parapluie du bonheur !

 » As the Danes say: There is no bad weather, only inappropriate clothing! »

Et oui c’est le moment de penser à sa garde robe idéale pour affronter l’hiver ! Alors comme une élève appliquée je fais mes listes !

Pour cela j’ai choisi de me concentrer sur quelques pièces maitresses dans une garde robe, quelques vêtements que je suis certaine de porter et ceci sans m’éparpiller !

Et pour ça, j’ai commandé un lot de patron dans une même thématique de la marque .

C’est le lot I am A Star – Collection Complète de I AM Patterns

Avec un tel nom comment ne pas s’y croire !!! cette collection regroupe 2 robes, un pull/ top et  une cape

What Else !?!

Oh! je me connais je sais que je vais craquer surement sur d’autres patrons comme dans la dernière collection de Louis Antoinette par exemple …

Mais je sais que j’ai déjà les pièces maitresses de ma garde robe hivernale. Des pièces classiques qui sont adaptables et modifiables; Les robes peuvent se transformer en haut par exemple, on peut mixer, interchanger … Bref! s’amuser !

Et le petit bonus, un patron gratuit ! J’ai chois le top PAN qui me faisait de l’oeil depuis un moment !

Me voilà prête pour commencer une nouvelle saison couture !

En ce qui concerne les projets laineux, mes aiguilles ne sont pas en reste non plus! Apres la période estivale, de repos pour mes pelotes et sans aucune grande réalisation aboutie, j’ai envie de nouveau de faire chauffer les aiguilles !

Tout d’abord, des chaussettes ! J’ai enfin terminé ma paire commencée il y a trèèèèèèèèèèèès longtemps (ici) et Hygge oblige, j’ai de nouvelles paires à faire naitre !

Pour cet automne, en demi saison j’affectionne beaucoup les capes et ponchos (c’est un peu ce qui m’a décidé pour le modèle Mimosa). J’ai donc sélectionné le modèle de la créatrice Alice Hammer. Un modèle pour se lover, bien au chaud et douillètement!  Et avec un nom tout à fait bien trouvé:   Doux poncho

Parce qu’on a toujours besoin d’une petite laine pour réchauffer les robes, et que je suis une grande romantique, j’ai flashé sur le patron de Joji  Llocatelli Old Romance. Avec sa dentelle et son coté raffiné il me plonge dans un univers de charme et d’élégance digne d’une héroïne de Dowton Abbey !

 Le pull  Rhapsody in Cables de cette même créatrice, me tente également …

Sa forme un peu tunique, tres géométrique et sa construction très particulière m’inspire: une autre façon de décliner l’éternel et intemporel pull Irlandais ! je le vois très bien porté par dessus une chemise…

Pour rester dans l’esprit Hygge, et s’il me reste encore du temps, un pull doudou avec un nom lui aussi évocateur :

 We can be heroes de Regina Moesmerr.

Juste le détail des torsades à l’empiècement et aux manches … La simplicité dans les détails !

Et vous qu’avez vous prévu pour cet automne ?

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Ma combinaison pantalon Petra de Louis Antoinette pour les jours frais

 »  Quand les jours raccourcissent rallonge la longueur de tes pantalons « 

(Proverbe personnel de mon invention)

Et oui, ce mois de septembre se présente plutôt frais, pluvieux et avec une météo capricieuse. J’ai mis de coté mes jupes qui tournent et mes petites robes légères estivales pour me concentrer sur une garde robe plus adaptée … et  couvrir mes gambettes !

L’occasion pour moi de tester une nouvelle pièce: la combinaison  pantalon.

Cela fait plusieurs saisons que je lorgne sur ce type de vêtement mais en boutique je n’ai jamais eu le coup de coeur absolu , il y avait toujours un petit quelque chose qui clochait. Soit le tissu, la matière, la couleur, la forme … le prix !

Bref! maintenant que je maitrise un peu mieux ma MAC et mon niveau de couture j’ai senti que je pouvais grimper un level supérieur et m’attaquer aux pantalons ! (j’aime bien me donner des petits défis personnels !)

La combinaison, qui fait parti pour moi de cette catégorie, présente l’intérêt et l’avantage de n’avoir (bien souvent) pas de braguette. Parce que oui, je bloque complètement sur cette étape !

Il existe plusieurs modèles de patron, suivant ce que l’on recherche en matière de combinaison pantalon et suivant les saisons.

J’avais expérimenté le modèle court ici la combishort de Annabel Benilan.

je souhaitai un modèle plus structuré, plus citadin et surtout moins estival!

Mon choix s’est porté ainsi sur la combinaison Petra de Louis Antoinette.

« Je suis la combi-pantalon avec un haut cache-coeur, des manches simples ou escaliers, des poches en option… Bref, c’est vous le patron 🙂 « 

Choix décidé pour plusieurs raisons:

  • je connais cette marque. je ne suis jamais déçue.
  • je sais comment elle taille. je connais (en principe ! comme vous pourrez le constater par la suite …) ma taille à découper.
  • j’aime le coté cache-coeur du décolleté (tres à la mode en ce moment et tres féminin!)
  • j’aime le coté taille basse qui gomme les hanches
  • et j’ai ABSOLUMENT craqué pour le petites manches en escalier qui apportent une note vraiment originale et fantaisie au vêtement !

Bref! pour toutes ces bonnes raisons, je peux considérer que mon choix a été un choix raisonnable, judicieux et … coup de coeur !

Comme d’habitude (ben oui, comme je réalise toujours les modèles avec plusieurs métros de retard par rapport à leur parution!), j’ai été cherché et voir les réalisations et les « critiques » des autres blogueuses.

Tout d’abord, première bonne impression, les couturières étaient satisfaites et les réalisations plutôt jolies ! ça motive encore plus !

Peu ou pas de changement ou de modifications pour la plupart …

J’aurai pu foncer et suivre le patron tel quel !?! comme aurait fait une personne sensée et réfléchie ! Mais non il a fallu que je fasse la maline !

Forte de mon expérience (nouvelle), je me suis posée trop de questions … et j’ai eu tord !

Je me suis fait un vrai film qui m’a poussé à prendre plusieurs décisions toutes aussi mauvaises les unes que les autres !

Je suis grande, alors j’ai eu peur que le buste soit trop court et que la taille ne soit plus basse : première modif’ j’ai rallongé de 3cm mon buste.

Pour la même raison, j’ai rallongé les jambes de 5cm. ( » la bonne longueur pour les jambes, c’est quand les pieds touchent par terre ! » Coluche)

Et enfin craignant que l’effet un peu loose et taille basse ne soit plus là sur mes 1M 74, j’ai découpé le patron une taille en plus … (Ben oui on sait jamais …)

Quel erreur !!! 

ma combinaison ressemblait à un pyjama avachi et mal proportionné …

J’ai du supprimé mes cm en plus sur le buste après avoir coupé, cousu et assemblé le haut et le bas. Mon fond de pantalon, descendant bien trop bas ! (pendouillant sur les jarrets)

Pour l’ourlet des jambes j’ai du recouper aussi mes cm supplémentaires . (quel gâchis !)

Et enfin il m’a fallu tout repiquer, toutes mes coutures à presque 2cm sur les cotés et au niveau de la taille …

La cata !!!

Mais quelle idée m’ a pris alors que je connais cette marque, que j’ai déjà cousu des modèles et que je sais qu’elle taille « bien » ???

Comme quoi, il faut toujours faire attention à son assurance mal placée et surtout savoir connaitre sans a priori sa morphologie !

Cela vous arrive aussi de mal calculer vos proportions, de craindre de ne pas rentrer dans votre réalisation ? Moi, très souvent …

(Note pour moi même, chez Louis Antoinette, je dois couper un 38 !!!)

Mis à part ses égarements sur la taille, le projet se monte très facilement. Aucune difficulté !

Jusqu’au bout je craignais pour les manches, j’avais coupé les 2 options, me disant que si l’expérience tournait au fiasco je pourrais toujours revenir sur des manches classiques.

Mais toutes les étapes sont très bien expliquées (mis à part un petit problème d’intervertion de numéro mais qu’on zappe très vite !) et avec les nombreux crans tout s’assemble facilement.

J’ai choisi un beau crêpe bleu marine avec juste un peu d’élasticité. (J’avais lu que pour certaines ça tirait un peu quand elles faisaient leurs lacets !).

Et pour les poches un passepoil argent.

Mes manches sont réalisées dans le même tissu , n’ayant pas d’inspiration pour cette fois sur une combinaison possible de 2 tissus.

Bon je vous montre le résultat !

Qui dit couture d’automne, dit temps maussade, dit shooting maison !

Aujourdhui pas de destinations touristiques et/ou romanesques. Des photos sobres chez moi.

Mais du coup, n’ayant pas à me chausser pour une journée de visites, je vous dévoile ma combinaison Petra avec ma nouvelle paire de chaussures chouchou, une paire de babies de chez Naf Naf. (dans l’idée de s’accepter tel qu’on est, j’assume ma taille et je savoure le bonheur de se sentir féminine avec des talons !)

Et c’est parti !

 avec ses deux poches passepoilées

super quand on ne sait pas quoi faire de ses mains …

Mes petites manches en escalier !

Au dos, juste la simplicité ! Avec une fermeture invisible

et pour une fois je suis tres fière, vraiment invisible !

Gros plan sur mes chaussures chouchoutes !

Allez je vous les montre encore !

Vous noterez que le décolleté profond ne laisse rien voir mais juste suggérer quand on se penche …

Voilà ma combinaison pantalon Petra de Louis Antoinette

Une combinaison pantalon que je trouve tres féminine, citadine et un brin sexy !

Et si confortable …

Cette combinaison,  elle a tout d’une grande ! comme moi …

« J’accepte la grande aventure d’être moi «  Simone de Beauvoir

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Aime Comme Mots Doux ma robe portefeuille vitaminée

Si on devait en avoir qu’une seule dans sa garde robe (impensable pour ma part !), c’est je pense la robe portefeuille qui s’imposerait!

Et c’est vraiment super car elle est revenue en force cet été !

C’est une forme de robe qui va bien à toutes les morphologies, qui met en valeur la silhouette de façon très féminine et qui peut se porter dans toutes les occasions selon comment on l’accessoirise.

« Popularisée par Diane Von Furstenberg à partir de 1974, la «wrap dress» convient à tout le monde. À la fois sophistiquée et passe-partout, elle devient rapidement le symbole de la femme émancipée et indépendante. Nouée sur le côté et légèrement décolletée, la robe portefeuille met la taille et la poitrine en valeur sans pour autant souligner le reste de la silhouette. De quoi satisfaire de nombreuses femmes en quête de la robe parfaite, à la fois simple et sexy. En effet, sa fluidité lui permet de s’adapter à toutes les morphologies puisqu’elle camoufle subtilement les éventuels kilos en trop. »

Elle a de plus un petit coté vintage qui me séduit. Un petit coté seventies qui revient bien dans l’air du temps .

De nombreux créateurs de patrons ont sortis cette année ce type de robe. On a presque l’embarras du choix !

Selon son envie, son niveau il y en a pour tous les gouts, toutes les personnalités et tous les âges !

Mon choix s’est porté sur le modèle Aime comme Mots Doux de la marque Aime comme Marie.

Quoi de plus féminin qu’une robe-cache cœur ! Imaginée en trois longueurs pour l’adapter votre style. Son haut croisé, lié par une ceinture intégrée est agrémenté de jolies fronces aux épaules. Cousez votre jolie robe « Mots doux » aux accents de dolce vita dans des étoffes fluides : une belle viscose, un crêpe de soie ou de polyester ou un tencel souligneront avec délicatesse vos courbes féminines.

Pour la réaliser je voulais un tissu fluide mais non glissant, un tissu souple mais qui se tienne, un tissu qui donne envie de danser (le mien se froisse un peu comme vous pourrez le voir sur les photos mais on peut pas tout avoir ! )

Je souhaitais aussi une jolie couleur vitaminée. Souvenez vous après mon échec de choix de tissu marron (ici), je ne voulais pas retomber dans la même erreur et je voulais une couleur qui claque !

Le même jour de mon achat de tissu pour mes bandes complémentaires pour ma Belladone, je suis tombée sur ce coupon de 3m en soldes. Une couleur qui pète, un tissu de composition mélangé (la vendeuse n’a pu me dire sa composition exacte), et un prix TRES attractif ont suffis à me décider !

 » j’en ferais toujours quelque chose et à ce prix là je ne risque pas beaucoup … » (laquelle d’entre nous n’a jamais eu cette réflexion en tête ?)

Bref! ce jour là je suis repartie avec mon coupon sous le bras avec en tete plusieurs vagues idées de patrons …

… mais quand j’ai vu ce nouveau patron de Aime Comme Marie , ça a été une évidence pour moi ! C’était la robe que je voulais absolument porter ! La robe que j’attendais !

La robe qui me murmurait à l’oreille … des mots doux !

Le tissu fluide allait bien suivre mes courbes (mais sans trop !), les fronces des épaules passeraient comme une lettre à la poste et la tenue du tissu donnerait un bon et beau tombé à la jupe. C’est une matière que je sentais que j’aurais plaisir à coudre et travailler (et ça c’est super important pour moi !)

La couleur, ben oui il faut quand même avouer, me faisait un peu craindre de rejoindre le personnel des travaux publics, mais en fait, quand je la porte, tout le monde en raffole! C’est une couleur qui donne la banane, donne envie de sourire et sur une peau bronzée se pose comme un voile de blush !

Quand je la porte j’ai l’impression que le monde entier me sourit et que je sème de la bonne humeur contagieuse autour de moi !

Une robe de la couleur des capucines !

Pour la longueur j’ai choisi la longueur midi qui convient le mieux à ma silhouette et qui renforce le coté vintage.

Quand je la porte, j’ai une confidence à vous faire, j’ai de suite une pensée pour ma maman . Et c’est toute une époque qui m’accompagne et me suit pas à pas et fait virevolter ma jupe … Nostalgie !

La réalisation est comme d’habitude pour cette marque assez facile.

Les pièces ne sont pas superposées sur le patron et donc faciles à recopier. Ne pas oublier (comme j’ai failli le faire !) que les marges de couture ne sont pas comprises !!!!

On prend vite le pli et l’habitude qu’elles soient déjà intégrées …

Le montage ne m’a pas posé de problèmes. Et à part les petites fronces des épaules, il n’y a aucune difficulté.

Et ces petites fronces sont vraiment le top, le must de cette robe !

Elles mettent bien valeur le corsage et le décolleté sans aucune indiscrétion. on peut bouger et se pencher, il n’ y’a rien à voir !

La large parementure rend le modèle tres propre dans les finitions et avec une surpiqure elle tient bien en place .

La jupe tombe en s’évasant à partir de la taille, et la longue ceinture permet d’ajuster à sa guise …

Un tour, deux tours …

nœud devant, derrière …

comme vous voulez !

Les petites manches sont vraiment à la bonne taille: ni trop longues, ni trop courtes ! et leur ampleur est juste parfaites …

Une robe dans laquelle je me sens bien, une robe qui me donne le sourire, une robe qui me correspond …

… une robe qui s’épanouie dans un jardin en fleurs !

Reconnaissez vous le lieu magique de ma séance shooting ?

Et si je doutais encore pour la couleur …

Une couleur qui a inspiré les plus grands comme Manguin dans un éloge à la « volupté de la couleur » !

 » La couseuse, Jeanne à la robe rouge « , 1907 Henri Manguin

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Les Grandes Voiles: mobile musical été avec le patron Fiete Lalylala

Pour ceux qui habitent l’ouest de la France, pour tous les amateurs de voiles, pour les fans de grand large et pour les amoureux de la mer, il y avait ce week-end un événement exceptionnel à ne pas manquer :

Les Grandes Voiles 2017 au Havre 

Pour terminer les festivités des 500 ans de la ville, pour vivre un été au Havre 2017

Les plus grands voiliers du monde ont fait escale pour quatre jours du jeudi 31 aout au dimanche 3 septembre sur les quais du Havre pour quatre jours de fetes, de visites et en clôture par la parade maritime .

Pour terminer en apothéose ces mois d’été, et séduits par cette ville pleine de surprises nous avions réservé ce week end pour cet événement et nous n’avons pas été déçus. Ceux et celles qui me suivent sur IG ont vu passer quelques photos de ces jours fantastiques !.

Tout simplement s’est imposé alors à moi comme une évidence de vous présenter pour l’occasion les derniers petits doudous au crochet pour le mobile de ma Princesse que j’ai réalisé cet été.

Pour rappel, j’avais déjà confectionné cet hiver les petits doudous Lalylala ici. j’avais dans l’idée de faire les quatre saisons.

Bon j’avoue que celui du printemps ne m’a pas trop inspiré et que pris dans le tourbillon des jours j’avais un peu mis l’idée de coté …

Mais quand cet été la créatrice Lydia Tresselt a sorti son nouveau patron de petit bateau en papier, le patron Fiete j’ai complètement craqué je l’avoue !

Ouvrage parfait pour partir en vacances !

Fiete, est donc un petit bateau en papier au crochet . Un petit bateau d’eau douce !

Avec son grand chapeau en forme d’origami, et ses 2 toutes petites jambes (maman les petits bateaux ont ils des jambes ? …) Il est tout simplement … SO CUT !

Pour le mobile de ma princesse j’ai décliné le patron en quatre petits modèles, quatre petits bateaux avec chacun leur histoire …

Tout d’abord il y a Malo

C’est le plus intrépide et le plus vaillant !

Avec sa marinière bleue jean et son béret marine, il est fier et prêt à s’embarquer au Havre ou dans n’importe quel port ouvert sur le grand large et le nouveau monde …

Il ya Léo

Doux et pastel c’est le plus romantique !

Il imagine voguer au fil de l’eau doucement poussé par une petite brise légère …

Il y a Théo

Timide et craintif !

Il ne s’aventure pas bien loin sans ses frères …

Et enfin, Julio !

C’est lui le plus attentif à son look !

Il aime se parer de ses plus beaux atours …

A peine sorti de mon crochet, ils sont prêts à prendre le large et de la hauteur sur le mobile de ma princesse …

et à défaut de faire le tour de la mer, ils tournent au son des nouvelles musiques et des chants marins

mais attention ! Ma petite Princesse est à la hauteur de la situation, ils ont intérêt à bien se tenir !

Aurais-je le temps de réaliser d’autres saisons avant que le mobile ne soit plus d’actualité dans le lit de ma Princesse ? …

 

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Combishort Saint Malo au Cap Ferret – Annabel Benilan

Quand on « plonge » dans la couture (et je pense que je suis totalement immergée !), on devient un tantinet un peu obsédé par une patronite aigue qui nous pousse à chercher, échanger, tester … tous les patrons qui peuvent passer à portée de mains ou de clic de souris .

La bonne nouvelle c’est que l’on n’est pas seule dans ce cas et que l’on trouve facilement d’autres acro comme nous !

Quand on se retrouve c’est rarement les mains dans les poches mais la musette pleine de « futures créations », « d’imaginables réalisations », de « projets possibles » …

C’est ainsi qu’au début de cet été j’ai eu l’occasion d’avoir entre les mains pour quelques semaines  le livre  » Couture pour l’été  » d’ Annabel Benilan (merci Hélène !)

Lisbonne, Djakarta ou Santiago… Autant de destinations qui font rêver pour designer ces 24 créations à coudre pour les beaux jours !

Des réalisations fraiches et estivales, très simples et rapides à faire ! (et l’été c’est encore mieux de ne pas rester derrière sa MAC toute la journée !).

Des la première lecture 2 modèles ont attirés plus particulièrement mon attention: la combishort Saint Malo et la robe portefeuille Djakarta.

Mais c’est ma fille qui a vraiment flashé  sur le modèle Saint Malo et m’a entièrement convaincue de passer à l’action!

Elle le voulait pour partir en vacances, je n’avais pas de temps à perdre en hésitations …

Le combishort est l’élément indispensable (tout le monde le sait !) d’une garde robe sans prise de tête pour l’été.

Vite enfilé, sur un maillot ou sous une chemise ouverte, il a tout pour plaire !

Petit dans sa conception , il tout d’un grand dans son utilisation!

Il ne tient pas de place, c’est un 2 en 1 qui combine (comme son nom l’indique!) le short et le top. parfait pour une valise, il passe de la plage à la ville, du soir au matin et … en toute occasion !

L’important est qu’il soit confortable, celui-ci est élastiqué, facile à enfiler et quand même féminin.

ce modèle rempli toutes les conditions!

Pour le tissu j’ai choisi un voile de coton d’esprit marin avec un motif d’ancre qui me semblait tout à fait destiné pour une réalisation de ce nom .

Très simple à réaliser, il est tres vite fait !

Peu de pièces, peu de coutures !

J’ai juste en modification mis la patte de boutonnage sur le devant pour donner une note fantaisie et « couper » le corsage qui me semblait un peu « nu » sans garniture.

A la place des boutons j’ai posé des pressions pour une plus grande facilité d’utilisation lors de l’enfilage.

Il n’est pas parti en Bretagne pour les vacances mais au Cap Ferret presqu’au bout du monde … dans les plages de sable à perte de vue …

Bref! Une petite cousette vite faite, vite enfilée …

… et du temps pour en profiter !

 

 

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer